Publié par David

Thesaintcyr. Premier album disponible “I’m waiting for the black day”. Nouvel album début 2014.
Thesaintcyr. Premier album disponible “I’m waiting for the black day”. Nouvel album début 2014.

Thesaintcyr. Premier album disponible “I’m waiting for the black day”. Nouvel album début 2014.

Thesaintcyr est un groupe à part de l’indie rock parisien. Après la sortie cet hiver de l’album "I’m waiting for the black day", le groupe prépare déjà la suite et annonce un nouvel album en 2014 où l’on retrouvera le mixage des ambiances gothiques et psychédéliques, les accents post-punk et cold wave qui ont fait le succès du groupe et lui ont permis d’acquérir via internet une audience internationale. Mystérieux, le groupe Thesaintcyr se dévoile aujourd’hui dans un epk qui permet de découvrir son univers, ses racines, et ses projets.

Portrait musical de Thesaintcyr.

Découvrez le clip de "One Black Day".

Découvrez le clip de "Forever Ghost".

Depuis la sortie de « Wave Factory » par Believe en 2009, Thesaintcyr inscrit sa musique dans le sillage de la Factory et de The Cure. Des effets de guitare vintage, une voix sombre, des mélodies dark, un rythme minimal, telle est la marque de fabrique du premier EP qui s’inscrit dans une esthétique proche de Bauhaus. A l’origine du groupe : deux amis d’enfance fans de post-punk, Yann Bellot et Sébastien Crépinior. Grâce à Myspace, ils diffusent leur son cold wave et leur visuel clair-obscur. Thesaintcyr se fait ainsi rapidement connaître sur la toile et va se constituer un réseau international de fans dans les milieux gothiques. En Finlande, « Solely », le titre le plus dark de leur EP se hisse à la cinquième place du classement de la plateforme de téléchargement meteli.net.

En 2010, Flora Fischer rejoint Thesaintcyr en tant que bassiste et participe à l’enregistrement de la reprise originale de « Shallow than the hallow » des Cocteau Twins qui figure dans la compilation « De l’autre côté du Miroir ». Cet album est la somme de contributions d’artistes de la nouvelle scène gothique rendant hommage aux groupes post-punk et new wave des années 80. Le journaliste du Melody Maker Mike Mercer l’a considéré comme l’un des meilleurs LP de 2010. La même année, Yann Bellot cesse sa collaboration.

Thesaintcyr est un jeune groupe en découverte qui sort son premier album

Sébastien Crépinior, et Flora Fischer, artiste multi-instrumentiste, poursuivent l’aventure Thesaintcyr. Ensemble, ils jettent les bases de nouveaux titres tels que Soft Riot, tango composé au clavier, The dream is sad, explorant des sonorités orientales, Lost aux influences africaines. Le premier LP « I’m waiting for the black day » se dessine. En 2011, le claviériste José Crépinior les rejoint sur scène pour jouer « Cendrillon » à l’occasion d’un concert anniversaire dans une salle parisienne et devient ensuite un membre permanent de Thesaintcyr. Le trio enchaîne de nouvelles compositions qui dressent un tableau sombre de notre époque, telles que « No tears », « One black day ». L’enregistrement de leur album a lieu au studio du Poisson Barbu. Léonard Mule s’implique fortement dans la réalisation et fait appel à Jessy Rakotomanga pour exécuter les rythmes de batterie.

Les membres de Thesaintcyr conservent leur identité cold, sur les traces du Velvet, et proposent de nouveaux morceaux gothiques dans la même veine que The Cure tout en dépassant leurs influences. Leur album se présente comme le miroir de notre époque : crise, décadence de la culture occidentale, burn out. Il est teinté d’un romantisme noir et d’une mélancolie proche de Marquis de Sade. Le chanteur à la voix « cold », puissante, déchirante, est animé d’une énergie post-punk. Erwan Fagès, le dessinateur breton de la BD « Black Mary », leur a créé un artwork : trois silhouettes, un crâne et trois roses évoquant une Vanité.

Pour diffuser plus largement leur musique, Thesaintcyr s’appuie sur des vidéos, relayées par les réseaux sociaux. Plus de 20000 fans en provenance du monde entier suivent déjà leur actualité sur leur page Facebook. Le clip « One black day » composé d’extraits du Nosferatu de Murnau, incarne une certaine vision de la fin des temps.

Commenter cet article