Publié par David

Eric Legnini and the Afro Jazz Beat  Album "Sing Twice" !  Avec Hugh Coltman, Mamani Keita, et Emi Meyer. Sortie le 29 janvier 2013.

Eric Legnini and the Afro Jazz Beat Album "Sing Twice" ! Avec Hugh Coltman, Mamani Keita, et Emi Meyer. Sortie le 29 janvier 2013.

Eric Legnini poursuit ses voyages et ses rencontres musicales avec son album "Sing Twice" ! Après "The Vox", illuminé par la voix soul de Krystle Warren, le piano d’Eric Legnini aborde cette fois-ci la pop, et la musique africaine. Trois invités de choix : Hugh Coltman, Mamani Keita et Emi Meyer rejoignent le trio Eric Legnini et the Afro Jazz Beat. Sing Twice ! affiche ses prétentions : un disque de jazz aux contours pop, un album de pop aux atours jazz, que l’on retrouve aujourd’hui avec un clip pour "Snow Fall" en duo avec Hugh Coltman et par un remix électro funk incroyable de Souleance.

Eric Legnini - "Snow Falls (feat. Hugh Coltman)".

"Sing Twice !" : Tout est dit dans le titre. Ce jeu de mot raisonne fort à propos sur la carrière d’Eric Legnini. Chante à deux fois, donc ! Cela fait doublement sens chez celui qui, depuis Miss Soul en 2005, a pris sept ans de réflexions avant d’en arriver là. Entendez un album qui flirte bien souvent avec la pop. Tout son parcours plaide pour l'ubiquité du quadragénaire, qui s'est fait la main auprès des plus fameux improvisateurs de sa Belgique natale.

En 2008, il achève avec Trippin’, le dernier volet du triptyque (Miss Soul, Big Boogaloo) qui l'impose comme l'un des maîtres de l'art du trio à la française, où sa science des standards se double d'une connaissance des classiques soul. Puis ce sera "The Vox "(2011), un disque qui redit jusque dans son titre son désir de lendemains enchantés. “Avec la voix, tout devient plus clair, plus lisible. Au premier degré.”, confiait-il alors... Eric Legnini se verra décerner à cette occasion une victoire de la musique Jazz. En 2013, notre bonhomme maintient le cap avec Sing Twice !. Dix doigts majeurs – trente si l’on ajoute le batteur Franck Agulhon et le contrebassiste Thomas Bramerie – et trois voix majuscules, voilà la formule alchimique (relevée ça et là d’une section de cuivres, d’une guitare funky, de quelques percussions de l’Afro Jazz Beat) qui le compose. Les voix c’est d'abord celle d'Hugh Coltman, croisé lors de l'émission “One Shot Not” sur Arte. C'est ainsi qu'Eric convie le chanteur anglais lors d'un premier concert à l'automne 2011. “Il apportait une tournure plus blues, plus soul, plus Stevie.” Tant et si bien que désormais Hugh devient un membre à part entière du groupe, comme le confirment les trois thèmes superlatifs où son timbre singulier, un brin dandy pouvant prendre le accents d'un falseto blues, fournit la couleur principale de cet album aux reflets multiples : soul pop.

Eric Legnini.

Eric Legnini.

Le temps – ou plutôt la superposition d’espaces-temps différents – est le secret de ce disque. Enregistré en deux jours au printemps, peaufiné pendant un bon mois cet automne, mais préparé depuis plus d'un an : Tout a commencé sur les routes de tournées menant le trio aux quatre coins du monde. “Nous avons peu à peu construit le répertoire lors des balances, puis sur scène. On s'est approprié le répertoire sans la voix, juste tous les trois. La plupart des morceaux sont nés ainsi, puis je les ai peaufinés pour chacun. Quand Hugh a posé des paroles sur les siens par exemple, ça a forcément changé les inflexions.” De cette première couche, élaborée en direct, il reste cependant la vibration organique. Ces morceaux développés en live seront travaillés et retravaillés. “Le but du jeu était de maquetter les titres avec un farfisa, à l'aide d'une simple boîte à rythmes. À partir de cette structure hyperminimale, nous pouvions de nouveau étendre les morceaux, mais pas trop. Il s’agissait de garder le format de la chanson, sans oublier la forme jazz. De toute façon, on joue en studio comme en concert : on se lâche, on prend des risques. Il s'agit d'un trio avec voix !

C'est comme un disque que je produirais, au service de la voix mais sans restriction de styles. Je m'autorise des digressions. Le projet n'est pas lissé !” Voilà pourquoi la ligne claire, éminemment mélodique, autorise néanmoins des détours harmoniques, des chausse-trappes rythmiques. On peut être au service de la voix, sans jouer au détriment de l’énergie du trio. L’affaire est une question de dosage, subtil. Une histoire de production dont Eric, en bon fan de Danger Mouse, Grizzly Bear et autre Daniel Lanois, en bon disciple de John Barry, fait son affaire. “Je ne voulais pas réaliser la simple photo de ce que l'on joue sur scène. Toute mon activité de producteur me sert et est très présente jusque dans les choix de fréquences.”, analyse celui qui s’est multiplié sur les claviers vintage : orgues seventies - Eko, Farfisa -, synthés analogiques, pédales d’effets, programmations de "beats" à partir de vielles boîtes à rythme, Fender Rhodes, mais aussi et surtout ce bon vieux piano...

Pas de doute, jusque dans sa conception, "Sing Twice !" affiche ses prétentions : un disque de jazz aux contours pop, un album de pop aux atours jazz. Il suffit de se pencher sur “Snowfalls”, un véritable hymne qui devrait rappeler de bons souvenirs aux amoureux de Radiohead et de E.S.T.! Il en va de même d’“Only For A Minute”, un chant hanté par la figure tutélaire de Stevie Wonder, drappé dans une ambiance folk. Et si “Yan Kadi” marche avec classe dans les traces de papa Fela, si “The Source” est l’hommage masqué d’une griotte à “Africa Brass”, “Cinecitta” clôt ce recueil par un salut évident à l'Italie de ses origines, mais porte aussi la marque de respect de cet arrangeur pour tous les grands auteurs de bandes originales. Autant de références, de révérences, qu’Eric Legnini assume à 200 % tout comme il assure jouer à 300 % jazz. “Si on écoute bien mon disque, on entendra par derrière beaucoup de joueries jazz, un état d’esprit dans l’interplay du groupe et dans le rapport à l’accompagnement des voix propres à cette façon d’aborder la musique. C'est un laboratoire pour qui sait entendre, où le jazz reste la matrice, et la pop représente le cap.

Commenter cet article