Publié par David

Auren, "J’ose". Sortie le 10 juin (Naïve).

Auren, "J’ose". Sortie le 10 juin (Naïve).

Petit billet pour vous présenter une artiste que vous connaissez peut-être : Auren. Avec son album "J'Ose" elle nous propose un univers frais et mutin sur un format de 10 titres en français : http://bit.ly/AurenJose

Laisser exister toute la fraîcheur d’une jeune chanteuse dans un écrin pop ciselé avec des mains d’orfèvre : tel est le pari simple et pourtant rare relevé par "J’ose", le pétillant nouvel album d’Auren. Élégante et délicate elle apporte toutes ses lettres de noblesse à la chanson française.

Je vous invite à découvrir son dernier clip "En face" tourné à NYC, qui illustre joliment ce deuxième single...

Artiste à suivre sur Facebook : http://www.facebook.com/aurenmusics

A l’origine, il y a une artiste, une voix où se joignent fausse candeur et réelle mutinerie, et des chansons où l’astuce des textes et la folie mélodique sont vécues comme un acte d’insoumission. Ainsi armée, Auren s’est adjoint les services d’un savant fou de la pop en la personne de Nicolas Dufournet. L’ancien bassiste des Oui-Oui est donc celui qui fait rentrer en collision cet univers de chanson française délurée avec toute une caverne d’Ali Baba de sonorités, où le vintage tendance sixties et le contemporain semblent jouer à cache-cache au gré des titres et des humeurs, tout au long d’un album qui se traverse comme un dessin animé, léger et multicolore.

Née à Lyon, Auren est d’abord pianiste. Revendiquant son attachement à la variété francophone autant qu’à la simplicité brute d’un Johnny Cash, la jeune musicienne écrit ses titres et trace pas à pas son chemin toute seule, commençant par les petites scènes pour aboutir à des premières parties prestigieuses telles que celles de Chris Isaak, Benjamin Biolay, Alex Beaupain ou Francis Cabrel, qui compte parmi ses influences revendiquées. Débrouillarde et pleine de ressources, elle prend alors le temps de multiplier et triturer ses chansons avant d’enregistrer son album, toujours soucieuse de rester fidèle à son étrange mélange de malice, de chic et de simplicité. C’est donc avec Naïve et entourée d’une équipe de jeunes musiciens que se profile la confirmation de son talent, qui souffle sur la variété française comme un vent d’audace et de liberté.

Si les textes parlent d’amour, c’est pour mieux en varier la couleur : tantôt délicieusement provocateurs "Crocodile", tantôt coquins "Seule dans mes draps", tantôt égoïstes "Changer la donne" tantôt libertaires "L’échappée belle", ils se répondent comme un inépuisable kaléidoscope, au centre duquel "J’ose" affirme avec franchise ce qui motive la chanteuse : « Je m’en moque si je choque / Je vais au bout de ma raison / A quoi bon faire semblant pour bien entrer dans le rang ». L’univers de "J’ose" est donc une utopie, où pop et variété ne s’excluent pas, où le passé et le présent peuvent jouer ensemble, où l’amour rime toujours avec l’insoumission...

Auren.

Auren.

Commenter cet article