Publié par David

Benjamin Bohem rencontre ses fans au Bliss (Paris) afin de leur présenter son premier album à paraître.

Benjamin Bohem rencontre ses fans au Bliss (Paris) afin de leur présenter son premier album à paraître.

Frais, c’est le premier mot qui vient à l’esprit à l’écoute de la musique de Benjamin Bohem. Ses chansons sont une bouffée d’oxygène, un moment de respiration dans l’urgence de notre monde contemporain, un sourire au beau milieu de la crise, non sans une teinte de mélancolie volatile, caractéristique d’un charme adolescent irrésistible.

Né en 1993, le jeune chanteur originaire de Strasbourg révélé par la Nouvelle Star délivre une pop naïve, sincère et touchante. Son timbre de voix est envoûtant, enveloppé par les rythmiques entraînantes de sa guitare ensoleillée. Il chante son insouciance en français, aussi fragile que sûr de lui au crépuscule de l’adolescence.

La guitare, il la pratique depuis l’enfance et compose ses chansons depuis l’âge de 13 ans. Eduqué tant par les idoles de ses parents, Dylan, Led Zep ou AC/DC, que par les références d’aujourd’hui, notamment Chris Martin de Coldplay, son idole, Radiohead, ou des groupes plus indie comme Foster the people et Two Doors cinema Club, il est sûr de la route à suivre, et joue de sa fragilité apparente pour mieux dévoiler sa sensibilité de chanteur, de musicien, d’artiste.

« Qu’est-ce que je vais faire de ma vie, j’ai pas l’esprit d’entreprise, pas de costume à ma taille ? » chante-t-il dans la première chanson intitulée Smile ? Mais de la musique bien entendu ! Et ça il en est sûr depuis longtemps, depuis qu’à l’âge de 11 ans il a regardé le film Ray qui a décidé sa vocation. La scène est un besoin viscéral depuis qu’il l’a découverte, sur les planches du Molodoï, à la Laiterie de Strasbourg, avant la Nouvelle Star.

Pour la réalisation de ce premier album, Olivier Schultheis ainsi que Jean-Pierre Pilot et William Rousseau ont accepté de collaborer avec lui, pour faire aboutir tout le potentiel de son talent éclos au grand jour en 2010 sur M6 avec l’évidence, le naturel et la discrète spontanéité de son indiscutable charisme. Ils se sont mis au service de sa soif d’esthétique britannique, cette ville de Londres que le jeune homme porte dans son cœur, tel un Jeff Buckley solitaire rêvant de Lower East Side, sous le soleil de la Californie.

Le résultat est là, des batteries électroniques dignes de Laroux, des guitares tantôt folk, tantôt Electro-pop, des mélodies, surtout, élégantes, légères et gracieuses, toujours recherchées, hors des lieux communs, ce que seules les nouvelles générations sont capables d’apporter à leur époque. Un nouveau style en somme. Il réussit pour la première fois à faire sonner la langue française sur une musique electro pop sans concession, ce que des groupes français comme Phoenix ou Housse de Racket avaient réussi magistralement avant lui, mais en anglais.

Benjamin Bohem a rencontré quelques fans privilégiés afin de leur présenter en avant-première son premier album. Voici ce qu'ils en ont pensé :

Benjamin Bohem - Single "Smile" disponible : http://bit.ly/HPuu3t
Benjamin Bohem - Single "Smile" disponible : http://bit.ly/HPuu3t

Benjamin Bohem - Single "Smile" disponible : http://bit.ly/HPuu3t

Commenter cet article