Publié par David

Hypnolove : Découvrez la version non-censurée de "Winter In The Sun" (Pilooski Edit)

Hypnolove : Découvrez la version non-censurée de "Winter In The Sun" (Pilooski Edit)

L'hiver s'installant doucement un peu partout, les Toulousains d'Hypnolove ont décidé de réchauffer nos coeurs en sortant le clip “sexplicite” et #NSFW de leur tube de l'été, “Winter In The Sun”, divinement remixé par Pilooski ! Une vidéo réalisée par Mathieu Tonetti et Bianca Benloukil, à découvrir dès maintenant !

Après leur tube “Holiday Reverie” l’année dernière, Hypnolove revient avec “Winter In The Sun”, nouvel extrait de leur album “Ghost Carnival”, acclamé par les critiques tout l'été ! Leur recette ? La voix suave du virtuose anglais Findlay Brown, une rythmique provenant tout droit des Caraïbes, une guitare, et un vieux synthé Gimmick.

Ce mélange unique vient confirmer le style hors norme d’Hypnolove, comparable à celui d’Hot Chip ou de Metronomy. L'edit de “Winter In The Sun” est offert par Pilooski, qui avait notamment travaillé sur celui de Frankie Valli “Beggin” il y a quelques années !

Pilooski, la moitié de Discodeine, que l’on ne présente plus, a su user de son talent pour sublimer tout en finesse le titre “Winter In The Sun”.

Hypnolove.

Hypnolove.

Bric et broc électro-pop, ménagerie de cors français et de harpes pré-raphaélites, trio mâle de tête et voix de femelles échappées de la pièce, là-bas, au fond du couloir. C'est le Carnaval des Fantômes, un jour des Morts au Mexique, le Consul en mauvais guide. À l'ouvrage, les Hypnolove, un trio basé à Toulouse mais aux origines étalées : française, portugaise, allemande. Leur premier album "Eurolove" et le hit "Mademoiselle" en passeport continental c'était... Il y a... Sept ans déjà. Depuis ? La musique reste une passion. Des retrouvailles de potes. Un vrai groupe de musiciens qui font de la scène, par plaisir avant tout. Comme quand ils étaient ados, biberonnés à l'électro-pop, New Order ou Pet Shop Boys, ou, à l'âge adulte, à s'échanger groupes obscurs, étranges et étrangers, producteurs cryptiques et disques incertains...Sept ans de réflexion... Gants de velours, le producteur Mickey Moonlight, l'anglais d'Ed Banger, est aux commandes. Il fallait bien quelqu'un à l'esprit aussi foutraque pour mettre de l'ordre et canaliser le trio.

Un cor français ouvre la première piste, telle une voix de brume perdue sur une bande d'Arthur Russell. Arrive une rythmique phat, lourde, perchée du côté d'ESG sous influence Martin Hannett. Le deuxième titre, le génial "Holiday Reverie" ouvre de nouveaux horizons, échappée Zouk pour les petits loulous. Le troisième retrouve les amours électro-pop ado avec un petit goût du "Night" de Valérie Doré. Quatrième piste, "Winter In The Sun", jeux des contraires toujours, et mélodie attrape-coeurs suavement interprétée par Findlay Brown. "Come To My Empire" en 5ème position, les Hypno se font kinky, la tension monte, l'électro-pop se cape de noir. Voix féminines sur "Beyond Paradise", celles des Puro Instinct, compagnes de label, et montée toute en arpège, pop toujours plus pop. Le 7 est le titre de l'album : "Ghost Carnival" et la voix de Freya Parry, 9 ans et toutes ses dents. Les claviers italo sont plus prononcés plage 8, "Sleepwalker", sur le fil, surtout ne pas réveiller le funambule. "Goodnight Kiss", joli excipit, bonne nuit les amis. Neuf titres au total et 99 émotions au compteur. La magie opère, danse des contraires, l'hiver au soleil. Odyssée pop, forcément pop, mélancolique et rigolarde. La pochette est l’oeuvre de Yazbukey qui a créé et porté un bijou grandeur nature pour l’occasion. Prêt pour la parade !

“Ghost Carnival” est à découvrir sur : http://hypnolove.bandcamp.com

Hypnolove.
Hypnolove.

Hypnolove.

Commenter cet article